dimanche 19 février 2012

20877: New Jersey 3 Montréal 1

Big bodies banging down low. Ça ferait un excellent titre de film de cul et ça décrit parfaitement ce que Randy préconise comme tactique offensive.

Pour faire dans le détail, on cherche maintenant la longue passe. Principalement la longue passe à travers la zone neutre pour aller chercher un avant qui fonce à pleine vapeur vers la zone adverse. C'est un geste techniquement difficile qui mène à nombre de perte de possessions et de dégagements refusés. Mais la longue passe, c'est aussi celle tentée en travers de la zone neutre, d'une bande à l'autre. Encore une fois, c'est un geste difficile, qui mène à nombre de revirements.

Ajoutons à ça que ce choix tactique impose souvent au CH de domper la rondelle en fond de zone pour ensuite aller la cherche en mettant de la pression sur les défenseurs.

Quand tu essayes ça contre un club hyper-défensif, discipliné et appuyé par un gardien qui est sans contredit le meilleur de l'histoire de sa profession pour ce qui est de manier la rondelle (ils ont changé les règles pour diminuer l'avantage qu'il conférait à son club, ciboire!), ben ça donne ce qu'on a vu aujourd'hui: 7 grosses chances de marquer à forces égales, dont une avec Carey Price au banc.

Regrettable.

Comme le graphique suivant nous l'indique, ça n'est pas là un résultat isolé, mais bien le fruit d'un choix tactique.
Les résultats qui y sont présentés sont avec le score égal, à 5 contre 5.
  • J'ai divisé la saison en périodes articulées autour des présences ou absences de Gomez ainsi qu'en fonction de l'identité des coachs. C'est donner à Gomez une importance qu'il n'a pas, mais ses blessures ont coïncidé avec des périodes de vaches maigres côté personnel.
  • Martin, lorsqu'il disposait de Gomez, trouvait le moyen d'amener le club à dominer aux chances et aux TVF. Les périodes de malchance et de chance se sont généralement équilibrées.
  • L'effondrement de l'équipe, suite à la deuxième blessure de Gomez, a été total et seule une séquence chanceuse en conversion de chances pour le CH a aidé à garder la barque à flot. Je ne comprends pas comment on peut mettre ça sur le dos du coach, mais ça faisait dur en ta. On constate que l'effondrement était bien plus défensif qu'offensif, l'équipe passant de 14 chances accordées à l'heure à 21 chances accordées!
  • Sous Randy, les choses se sont vaguement placées aux chances et aux TVF, mais Cunneyworth a été complètement coulé par une séquence de malchance titanesque aux buts contre; comme si Price était soudain incapable d'arrêter un ballon de plage.
  • Depuis le retour de Gomez, c'est l'inverse: Price arrête tout (10% de conversion sur les chances accordées, c'est un rythme intenable). J'ajouterais que l'équipe a recommencé à avoir le dessus aux chances, mais sans avoir l'équivalent aux TVF ou aux mises en jeu. Faut donc se demander si on n'est pas en face d'une simple séquence heureuse là aussi.


Scoring Chances for NHL Game Number 20877

TeamPeriodTimeNoteMTLOpponent
MTL119:5311113146536174812182428305v5
MTL118:332714262731527669141729305v5
NJD113:11142627315276914172130325v5
NJD17:42173146617281615232629305v5
NJD17:41173146617281615232629305v5
NJD11:58but1731516167721523262930325v5
MTL217:3746111731465368812182130325v5
NJD215:06263151677276914172130325v5
MTL213:4846112231465268615232629305v5
NJD23:20142227315268615232630325v5
MTL20:47141417273152681521232630325v5
NJD20:25141727315268615232628305v5
NJD20:19but141727315268615232628305v5
MTL318:48722231516772766172628305v4
MTL318:18512231516772766172628305v4
MTL318:17722231516772766172628305v4
MTL318:1567 but2231516772766172628305v4
MTL313:036726315167727669141730325v5
NJD312:21315160616774612232628305v5
NJD311:34but142227315268812182930325v5
MTL30:5881225161677281812182829305v5


#PlayerEVPPSH
11S. GOMEZ15:26302:18000:0000
14T. PLEKANEC16:52252:16000:0000
17C. CAMPOLI10:04251:58000:0000
22T. KABERLE13:10223:06400:0000
26J. GORGES19:41220:04000:0000
27R. BOURQUE15:26250:00000:0000
31C. PRICE52:496105:08400:0000
46A. KOSTITSYN15:37322:07000:0000
51D. DESHARNAIS14:26232:48400:0000
52M. DARCHE17:55350:00000:0000
53R. WHITE17:02200:04000:0000
60A. PALUSHAJ7:47010:04000:0000
61R. DIAZ16:11240:00000:0000
67M. PACIORETTY17:54233:16400:0000
68Y. WEBER10:02341:16000:0000
72E. COLE17:39242:27400:0000
74A. EMELIN18:07110:00000:0000
76P. SUBBAN22:29223:52400:0000
81L. ELLER10:35120:04000:0000


PeriodTotalsEVPP5v3 PPSH5v3 SH
1242400000000
2343400000000
3622240000000
4000000000000
Totals111071040000000





  • Match de merde pour Plekanec, qui a ramassé les trois buts des Devils. Faut pas se conter de menteries: Plekanec, Bourque et Darche ont passé 3:29 sur la glace sans un membre du top-4 en défensive, intervalle au cours duquel ils se sont fait cadrer deux buts et ont terminé -3 aux chances et -8 aux TVF. Sykora, Elias et Clarkson ont particulièrement apprécié la délicatesse.
  • Desharnais non plus n'a pas fait grand-chose. Ceux qui aiment jouer avec les graphiques pourront le constater à loisir: Cunneyworth se contentait de défiler ses trios 1-2-3-4. Je dis ça sous toute réserve; Desharnais n'a pris aucune mise en zone défensive, ce qui laisse entendre qu'il jouait peut-être ses assignations par zone au lieu d'y aller par adversaire. On a eu droit à deux jeux de puissance inutiles puis, sur le 3e, le quintette a réussi à installer son schéma et les chances ont rapidement déboulé, avec un but à la clé. J'avoue que ça m'intrigue même si pour l'instant, seul Desharnais appuyé de Kaberle et Subban semblent capables de s'installer comme ça.
  • Peu de mises en jeu pour le trio de Gomez et il s'est pour l'essentiel retrouvé contre Zubrus. Pas énormément de chances crées au bout du compte, mais ils n'ont rien donné à l'adversaire. Premier vrai bon match de Gomez depuis des lustres, à mon sens. Kostitsyn a encore planté deux chances, ce qui lui en donne 5 à ses deux derniers matchs. On est loin des marées hautes de Pacioretty, mais le 100e but de sa carrière ne devrait plus tarder.
  • Match ingrat pour Eller, privé de Leblanc. Randy semble lui avoir donné quelques présences avec les ailiers de Pleks et de Desharnais en deuxième, mais sans plus. Palushaj n'a pas eu l'air d'une andouille, mais le gars est mieux de se trouver des aptitudes à la Tom Pyatt s'il veut rester dans la LNH.
  • Jeu parfait des Devils sur le premier but (Bourque a peut-être lâché son gars plus vite que prévu?), mais outre ça, dominants au jeu territorial. On ne peut pas les blâmer pour l'absence de chances produites. Ils étaient les seuls à avoir une assignation précise, soit couvrir le trio de Kovalchuk.
  • Lorsque réunis, Diaz et Emelin n'ont presque rien donné (+1/-1 aux chances, +10/-9 aux TVF), mais ils n'ont eu aucune mise en zone défensive. Sachant qu'ils ont pour l'essentiel joué contre le deuxième et le troisième trio des Devils, c'est fort honorable.
  • C'est encore une fois les trois derniers défenseurs qui ont peiné à la tâche. Les choses restent sous contrôle lorsqu'on les accompagne d'un membre du top-4 (exception notable: Campoli et Diaz qui ont fait une belle grosse boulette en première période, forçant deux arrêts spectaculaires de Price), mais seuls, ça reste un foutoir insensé. Curieux de voir si un des trois va finir par se distinguer; quand on parle d'audition pour l'an prochain, c'est ici que ça se passe.

7 commentaires:

Mathieu a dit…

Je comprends pas l'obstination sur la longue passe. Occasionnellement ça va, si ça mène à un surnombre envoye go, mais la on pratique la longue passe systématiquement, dans des jeux qui, s'ils réussissent, vont mener à un deux contre deux ou quelque chose du genre. High risk, low reward.

À cette époque ou le mantra des coachs est le "jeu à haut pourcentage", pourquoi centrer un système sur le jeu à bas pourcentage par excellence? Juste pour sortir de la boite?

Olivier a dit…

Je ne crois pas que ça soit terriblement voulu. Mais m'est avis que c'est le résultat d'autres consignes, genre passer au gars en accélération nord-sud. Des fois, le gars en accélération est l'autre bord de la glace (entendre par là que l'équipe adverse a fait son travail) et le passeur, au nom de la consigne, commet une boulette.

Pas évident implanter un nouveau système.

Mathieu a dit…

Quand même -- pour que les joueurs tentent continuellement la longue passe qui ne marche jamais au lieu d'un jeu aux perspectives de réussite meilleures... la consigne aurait peut-être besoin d'être révisée, les joueurs ne sont pas entièrement stupides après tout, ils doivent bien le voir qu'en général quand le joueur est trop loin ça marche pô cette histoire. Ne serait-ce qu'en séance vidéo après le match.

Mathieu a dit…

Si tu me permets de préciser ma pensée: le système doit bien prévoir un plan B si la longue passe est irréalisable. Cette autre option, quelle est-elle et pourquoi n'est-elle pas appliquée plus souvent? Le joueur en possession manque-t-il simplement de support?

Olivier a dit…

Des fois, on sur-estime le côté "système". Arpon Basu m'a supris hier soir sur Twitter en me lâchant que Randy avait pas mal abandonné l'échec-avant à deux joueurs comme système depuis quelques temps déjà. J'avoue que je ne l'avais pas vu comme ça, mais je vais prêter attention dans les prochains matchs. Mais si tel est le cas, je râle contre l'échec-avant simplement parce que je le confonds avec le dompage accentué. Pareillement, les passes transversales et les longues passes sont-elles si tant plus nombreuses? Si oui, de quel choix systémique est-ce la conséquence? Je ne sais trop.

Des fois, je me demande si ça ne va pas de pair avec certains joueurs; je regarde du côté des 3 stooges notamment (Campoli/Weber/Kaberle). Quand ces trois là sont laissé sans supervisions du top-4, ils font pas mal de niaiseries. Est-ce que ces passes suicide viennent avec?

À surveiller.

Mathieu a dit…

Je vais exprimer ma pensée par un contre-exemple: il m'a semblé qu'on voit maintenant fort peu le Canadien effectuer une transition défense-attaque par la passe courte. S'il y a pression, c'est la sortie de la rondelle par la bande; s'il n'y a pas pression (et pas de surnombre) on tente la longue passe généralement. Sous Martin le Canadien était parvenu à instaurer un système de courte passes avec lequel il parvenait à sortir de la zone en possession (tu l'avais toi-même décrit - passe de zone à l'autre défenseur ou au centre, passe avant à un ailier). Il me semble qu'on ne voit plus cela souvent (gare au biais de confirmation bien sûr!).

Olivier a dit…

L'espèce de sortie "pinball" qu'ils avaient développée en début de saisons (et qui compensait pour la faiblesse de notre défensive) est effectivement disparue avec les pointeurs inversés sur le PP.

Ce qui m'inquiète le plus, présentement, c'est l'incapacité de l'équipe à empêcher l'adversaire de traverser la zone neutre à toute vapeur. C'est rendu que Plekanec se replie jusqu'entre ses défenseurs pour compenser. Tu parles d'un drôle de setup...